Ressources

Les Canaux : une éco-réhabilitation en économie circulaire, innovante, solidaire

Paris
Aucun vote
En faire un démonstrateur des modes de construction vertueux

Porteur(se) de projet

Isabelle Lardin
CHARGEE DE MISSION ECONOMIE CIRCULAIRE ET ANALYSE DES COUTS
Ville de Paris - Direction du Logement et de l'Habitat
Membres du projet
Christelle Davrieux ; Yassine Benotmane

La problématique

En France, le secteur du bâtiment représente environ 80 % des consommations d’énergie, plus de 25 % de l’empreinte carbone et produit environ 46 millions de tonnes de déchets par an. Contrairement à la construction neuve, la réhabilitation manque d’opérations exemplaires et de solutions qui répondent à tous ces enjeux.

Le bâtiment « des Canaux » a été construit en 1882 pour l’administration des services des Canaux dans le 19ème arrondissement à Paris. En 2010, l’administration a quitté les lieux. La Ville de Paris a décidé en 2016 de faire de ce lieu La Maison des Économies Solidaires et Innovantes, vitrine de l’économie circulaire, portée par l’association Les Canaux.
Présidée par Yann Arthus Bertrand, l’association conseille, forme et accompagne les acteurs économiques engagés pour la solidarité et la planète, en France et à l’international. Elle propose des outils concrets à tous ceux qui souhaitent développer leur impact social et environnemental dans leur travail ou leur entreprise.
En 2017, la Ville de Paris a mis le bâtiment à disposition de l’association, pour qu’elle y développe son activité.

Une rénovation et des aménagements du bâtiment se sont avérés nécessaires et la Ville de Paris a décidé d’en faire un chantier de travaux exemplaire, sur le plan environnemental, notamment en économie circulaire, et solidaire.

La phase 1 des travaux concernait le réaménagement intérieur du R+1 et R+2 aujourd’hui à usage de bureaux. 95 % des matériaux, produits et équipements utilisés étaient issus du réemploi, biosourcés et/ou éco labellisés. 95% des matériaux, produits sortants et des déchets du chantier ont été réemployés, réutilisés ou recyclés. La Ville de Paris qui a assuré la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre a remporté pour ces travaux, le prix Territoria de bronze dans la catégorie « Aménagement de l’espace public – Urbanisme » par l’Observatoire National de l’Innovation Publique en 2018.

En mars 2020, la Ville de Paris a signé un marché de conception-réalisation pour lancer la phase 2 de la rénovation de la Maison des Canaux avec toujours le même objectif, un bâtiment le plus vertueux possible, notamment en économie circulaire, sociale et innovante. Le groupement dont le mandataire est l’agence d’architecture Grand Huit a été retenu. Le Chantier a été livré début mars 2022 après un an de travaux.

Le programme des travaux de la phase 2 consiste à :
– améliorer les performances énergétiques du bâtiment (isolation, ventilation et chauffage innovant)
– créer une terrasse extérieure avec pergola, permettant l’extension des activités des Canaux et intégrant une rampe d’accès pour l’accessibilité pour tous ;
– réaménager le rez-de-chaussée et le sous-sol pour améliorer l’accueil du public et la fonctionnalité du bâtiment.

Le projet développe beaucoup d’innovations :

– un bâtiment pionnier en réemploi et unique en France, avec la majorité des ouvrages réalisés à partir de matériaux de seconde vie exclusivement franciliens. À noter, la terrasse est constituée à plus de 90% de matériaux de réemploi, y compris la structure métallique de gros œuvre ;
– la mise en place d’une ventilation naturelle avec récupération de chaleur, très rare exemple en réhabilitation ;
– la réhabilitation d’une technique traditionnelle parisienne d’isolation intérieure, l’enduit plâtre sur lattis bois, grâce à un essai de résistance au feu ;
– une mobilisation majoritaire des structures de l’ESS franciliennes : dans l’équipe de maitrise d’œuvre, les artisans fournisseurs et les entreprises de travaux.

Un projet collaboratif

L’agence d’architecte Grand Huit, mandataire du groupement lauréat du marché conception-réalisation, a mis au coeur de sa pratique l’humain et la préservation des ressources. Elle a constitué un groupement de maitres d’oeuvre et d’artisans, majoritairement issus de l’Économie Sociale et Solidaire, qui ont travaillé dès l’esquisse du projet, main dans la main. La majorité du montant des travaux a été alloué à deux entreprises d’insertion de l’Est parisien (Travail et Vie et Apij-Bat). Les autres entreprises du marché, leurs sous-traitants et leurs fournisseurs, eux aussi localisés dans un territoire proche du projet, sont des acteurs clé du réemploi et de la solidarité en Ile de France. Pour mener à bien cette opération, la Ville de Paris a été également par Tribu énergie pour l’amélioration de la performance énergétique et la mise en place d’un chauffage à énergie renouvelable, de l’élaboration du programme à la réception des travaux et pour l’évaluation des émissions de gaz à effet de serre du bâtiment, (produits de construction et énergie) et des gains carbones provenant du réemploi. Elle est également accompagnée par Ekopolis dans le cadre de la démarche Bdf – Bâtiments durables franciliens, dispositif d’accompagnement, d’évaluation et d’apprentissage, destiné aux opérations de construction et de réhabilitation. Le projet a remporté le niveau Or du Bdf, plus haute reconnaissance du dispositif d’accompagnement, en phase conception et réalisation. Bellastock dans le cadre du projet européen Facilitating the circulation of reclaimed building elements in Northwestern Europe (FCRBE) a apporté son expertise sur le sujet assurantiel du réemploi des poutrelles métalliques, données gracieusement par Est ensemble et Sequano. Ce retour d’expérience a été présenté aux partenaires européens à Bruxelles par la Ville de Paris. Des synergies inter-chantier ont été mise en place en interne de la Ville de Paris et avec de nombreux autres maîtres d’ouvrage, pour récupérer des matériaux de réemploi. Notamment, l’APHP, Est-Ensemble et son aménageur Sequano, Seine Saint Denis Habitat, la RIVP et Elogie-Siemp ont contribué par leurs dons au projet. Les plateformes physiques et numériques de réemploi ont été également largement sollicitées. Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) a mené l’essai au feu qui permet d’expérimenter un écran thermique composé de 100% de matériaux bio-géosourcé francilien, lattis bois et enduit de plâtre et ainsi s’affranchir du treillis métallique, lourd d’impact carbone, imposé par la réglementation sur la sécurité incendie.

Un projet performant

 Au moins 50% la consommation en énergie a été réduite grâce à l’amélioration de l’enveloppe, à un chauffage à énergie renouvelable et au installation low-tech  Concernant les matériaux sortants du chantier, un taux de 96% de valorisation matière (réemploi, réutilisation, recyclage) des déchets a été atteint dont la moitié en réemploi et réutilisation et l’autre moitié en recyclage, soit bien au-delà de l’objectif réglementaire de 70%. Il faut notamment noter que les déchets non dangereux non inertes atteignent un taux de 80% de valorisation matière (réemploi, réutilisation, recyclage), soit bien au-delà de l’objectif réglementaire de 55% en 2020 et 65% en 2025 !  Plus de 5 500 h d’insertion réalisées pendant la durée du chantier  Plus de 40 structures franciliennes ont pris part au projet  Seulement environ 370 kg CO2 émis pour les travaux de réhabilitation  Gain d’émission de gaz à effet de serre de 64% par rapport au seuil max BBCA Bureaux  79 tonnes d’équivalent CO2 évités grâce au réemploi

Un projet inspirant

 Chaque ouvrage du projet pris isolément est reproductible. Il demande plus ou moins d’attention et d’acculturation en fonction de sa complexité. Pour cela, la Ville de Paris a décidé de partager les solutions qu’elle a mises en œuvre : organisation de visite guidée (déjà plusieurs centaines de personnes), capitalisation et formalisation des enseignements sur le site internet : passerelle-ecologique.paris. Le projet a été par ailleurs présenté dans de nombreuses conférences publiques et séminaires professionnels  En complément, elle a initié avec Les Canaux, Ekopolis et la Scop Grand Huit un dispositif de formation « Les Chemins du Bâtiment circulaire » dans le cadre de cette opération. Il s’agit d’un apprentissage théorique et pratique à destination de l’ensemble de la chaîne d’acteurs, MOA, MOE et ouvrier. Soutenu par l’Ademe, ce dispositif va s’étendre ensuite à d’autres chantiers.  En plus de la reconnaissance Or en phase conception et réalisation reçue dans le cadre du dispositif BdF mené par Ekopolis et le prix Territoria de bronze obtenu pour la phase 1 du projet en 2018, le projet de réhabilitation de la maison des Canaux a reçu de nombreuses distinctions : - Trophée Paris Innove en 2021 – Prix interne à la Ville de Paris - Territoria de bronze en 2022 dans le domaine Ville Durable - Prix Régional de la Construction Bois 2022 – mention spéciale Réemploi - Trophées Bâtiments Circulaires 2022 – Mention "Innovation et exemplarité" - L’opération de la maison des Canaux a également été également finaliste des Trophée de la construction 2022 dans la catégorie Rénovation ERP

Vous aussi, mettez en valeur votre projet territorial

Ce que vous faites est beau et grand, faites le savoir et vous serez peut-être parmi les 15 lauréats à Paris en fin d’année.

Aucun commentaire

Autres projets remarquables

Ressources

LE BUS AIDANT

Marion CLAUSON Centre Communal d'Action Sociale de la ville du Cannet
Ressources

Intégration réussie pour nos primo-managers !

Marion Nisol Département de l'Hérault
Ressources

Le Smart Corner, Tiers lieu dédié à l’encapacitation et l’innovation numérique

Benjamin Mathieu Département des Alpes-Maritimes